1. Accueil
  2. Le projet

Une nouvelle filière pour l’usine d’Orly en 2021

Maillon essentiel de l’approvisionnement en eau de la capitale, l’usine d’Orly couvre 25 % de la production d’eau potable d’Eau de Paris, le Conseil d’administration d’Eau de Paris en validant l’attribution du marché public a lancé le Projet de sa modernisation. À l’horizon 2021, complétée par une nouvelle filière de traitement, à la pointe de l’innovation, souple et adaptable, l’usine relèvera les défis sanitaires et environnementaux qui l'attendent.

Une filière modulable et optimisée

Pilotée avec l’ensemble des autres unités de production d’Eau de Paris, l’usine d’Orly peut produire à elle seule de 90 000 à 300 000 m3/j d’eau potable selon la demande. Cette souplesse d’exploitation va encore être renforcée avec sa modernisation, grâce à la possibilité d’un traitement par demi-usine. Ce fonctionnement plus fluide aura un impact positif sur la consommation d’énergie, ainsi que sur la sécurité d’approvisionnement en eau de la capitale, tout en répondant encore mieux aux besoins des usagers.

Les Nouvelles Filières

La filière retenue

Des performances sanitaires renforcées

L’eau délivrée par Eau de Paris répond déjà à toutes les normes en vigueur (100 % de conformité en 2017) mais pour pouvoir anticiper les évolutions réglementaires,  la nouvelle filière sera dotée de réacteurs à charbon actif à renouvellement continu. Cette technologie innovante permettra d’abattre un spectre encore plus large de micropolluants, dont les polluants émergents.

Le principe de double barrière de traitement sera quant à lui conservé avec une deuxième phase de traitement par réacteurs ultra-violets.

Un projet intégré à son environnement

Les enjeux environnementaux sont au cœur du projet de modernisation. D’un point de vue architectural, le bâtiment qui accueillera la nouvelle filière s’intégrera parfaitement à ce site implanté en bord de Seine dans un espace préservé de 55 ha, tout en conciliant héritage du patrimoine industriel et modernité. Face aux défis du changement climatique et de protection de la ressource, le projet renforce la protection du site face aux crues centennales. La « transparence hydraulique » de l’ouvrage est un impératif : il ne perturbera pas les mouvements naturels des eaux.

Toujours dans un souci de préservation de l’environnement, le séchage au soleil des boues filtrées, dans les lagunes du site, va être pérennisé afin de limiter l’usage de réactifs chimiques et d’énergie supplémentaire. Le charbon actif sera quant à lui réutilisé après régénération.

À l’heure du Grand Paris

Alors que la Ville de Paris et Eau de Paris souhaitent consolider, dans le cadre de la Métropole du Grand Paris, les coopérations entre les opérateurs sur les enjeux d’intérêt général que constituent la sécurité d’approvisionnement, la surveillance et la protection de la ressource, la modernisation de l’usine d’Orly va augmenter la capacité d’Eau de Paris à soutenir, en secours, les communes périphériques avec lesquelles elle est maillée, grâce à son réseau interconnecté en aval. L’usine d’Orly bénéficie en outre d’une réserve d’eau brute indépendante de la Seine, qui lui assure deux jours d’autonomie même en cas de pollution majeure du fleuve.

femme casque realite virtuelle

La transition numérique sur le terrain

La définition du programme fonctionnel des travaux, s’appuiera sur le BIM, ou Building Information Modeling, un outil innovant de modélisation numérique des informations ou données du bâtiment. Il permettra d’anticiper la maintenance et l’exploitation de l’usine et de mieux associer et coordonner les divers intervenants, tant internes qu’externes, grâce à sa dimension collaborative. Spécificité d’Eau de Paris, l’intégration de l’ingénierie garantit la meilleure coordination possible entre le maître d’œuvre et l’exploitant.

Le regard de Célia Blauel, Présidente d’Eau de Paris.

Avec ce nouveau projet, Eau de Paris se dote d’une nouvelle filière de traitement innovante, modulable, respectueuse de l’environnement, anticipant les futures normes réglementaires et s’inscrivant dans le projet métropolitain du Grand Paris. C’est une nouvelle opportunité pour démontrer les atouts du modèle intégré de notre entreprise publique, qui innove au service des usagers

Le Projet en quelques chiffres....

42
mois
Soit la durée totale des travaux estimée.
3000
m3
Soit la quantité de béton de structure mise en oeuvre.
1100
tonnes
Soit le poids total d’armatures qui seront utilisées sur ce projet.
1300
inclusions rigides
Soit le nombre de colonnes d'injection solides qui contribueront à améliorer la stabilité des sols
240
tonnes
Soit la masse d'acier qui sera assemblée pour la structure métallique de couverture.
250
tonnes
Soit la masse de tuyauterie à approvisionner et à assembler sur site.
2500
entrées et sorties Automate
Soit le nombre de liaisons assurant l’intégration directe de l’automate dans son environnement industriel.
130
compagnons en pointe
Soit le nombre de personnes présentent au plus fort de la production.
170 000
heures
Soit le volume d'heures estimées de production

Focus sur le procédé Carboplus ®.

Le procédé Carboplus®  a été développé et breveté par SAUR – STEREAU. Il s’agit d’un réacteur à forte concentration de charbon actif fluidisé, c’est-à-dire en expansion naturelle sous l’effet de la circulation de l’eau.

Il répond à la problématique de l’élimination des micropolluants et de la matière organique dans les eaux de surface et les eaux de nappes souterraines. Ce brevet garantit à ses utilisateurs d’une approche technique à la fois robuste et aboutie pour la potabilisation de l’eau destinée à la consommation humaine.

Les performances de traitement du Carboplus® sont liées :

  • A la très grande surface de contact entre l’eau et le charbon actif adsorbant, condition nécessaire pour obtenir les meilleures performances de traitement,
  • A la fluidisation du charbon qui permet d’optimiser le contact entre l’eau à traiter et la matière absorbante ;
  • Au renouvellement continu du charbon actif à très faible dose pour maintenir constante la force du système,
  • A l’adaptation du dosage de charbon actif neuf aux caractéristiques des eaux

2005-2011 : la R&D pour l’Eau Potable

Différentes installations pilotes ont été mises en œuvre sur les sites du Jaunay (eau de barrage), de Férel (eau de rivière : La Vilaine), SIAEP Région de Charny (Les Ormes, eau souterraine à régimes karstiques). Des dopages ont également été réalisés pour simuler des pollutions chroniques comme les solvants chlorés.

Ces études portent sur les deux versions du produit CARBOPLUS® micro-Grain et Poudre. Toutes, financées en partie par l’Agence de l’Eau Seine Normandie (AESN), ont  fait l’objet de publications. Les fiches résumées éditées par l’AESN permettent de comprendre la finalité de chacune de ces études effectuées sur le CARBOPLUS® et les résultats obtenus.

Téléchargez la plaquette explicative du procédé Carboplus.

Le Carboplus® est un réacteur à courant ascendant pour la fluidisation du Charbon Actif.

Où se trouve le chantier d'usine d'eau d'Orly ?

Eau de Paris

Rue des Platanes
94600
Choisy-le-Roi

Cela pourrait vous intéresser

Le projet Orly 2 est riche d'actualités

Epreuve pompage
Process
13 décembre 2019

POSTE DE RELEVAGE DES EAUX BRUTES

Epreuves réalisées en Usine en présence d'Eau de Paris
excavation PR
Génie civil
20 novembre 2019

POSTE DE RELEVAGE DES EAUX BRUTES

Préparation avant réalisation des premiers bétons de structure